bâche


bâche

bâche [ baʃ ] n. f.
• 1572 « filet »; XVe désignant un vêtement; a. fr. baschoe « baquet », du lat. d'o. gaul. bascauda
1Techn. et mar. Réservoir destiné à contenir l'eau d'alimentation d'une machine à vapeur, d'une chaudière, ou l'eau refoulée par une pompe.
2Hortic. Coffre recouvert d'un châssis et servant de petite serre pour la culture forcée.
3Carter d'une turbine hydraulique.
4(1741) Cour. Pièce de forte toile imperméabilisée qui sert à préserver les marchandises des intempéries. banne, prélart. Recouvrir un étalage d'une bâche. bâcher. Des « camions aux bâches jaunes de poussière » (Malraux).
5Par anal. (1881) Pop. Drap de lit. toile. Se mettre dans les bâches.
(1878) Fam. Casquette. « il a des lunettes et une belle bâche à inscription » (Céline ).

bâche nom féminin (ancien français baschoe, sorte de hotte, du latin bascauda, cuvette) Tissu en lin, en coton ou en fibres synthétiques, épais et imperméabilisé. Pièce de ce tissu servant à couvrir les marchandises exposées aux intempéries. Géographie Dépression allongée sur la partie basse de l'estran et séparant des crêtes de plage ; flaque d'eau qui l'occupe après le retrait de la mer. Horticulture Abri pour la culture des plantes délicates ou des primeurs, formé d'un coffre recouvert d'un châssis vitré. Mécanique Réservoir où l'huile aspirée par les pompes retourne après utilisation de l'énergie transmise. Carter d'une turbine hydraulique. Pêche Espèce de chalut que l'on traîne sur les fonds de sable. Textiles Enceinte ou bac destiné à humidifier un tissu. Thermique Réservoir qui renferme l'eau servant à l'alimentation d'une chaudière à vapeur. Travaux publics Dans un pont-canal, enveloppe destinée à contenir l'eau. ● bâche (difficultés) nom féminin (ancien français baschoe, sorte de hotte, du latin bascauda, cuvette) Orthographe Avec un accent circonflexe sur le a. De même pour les dérivés : bâchage, bâcher. ● bâche (synonymes) nom féminin (ancien français baschoe, sorte de hotte, du latin bascauda, cuvette) Géographie. Dépression allongée sur la partie basse de l'estran et séparant...
Synonymes :
- baïne
Horticulture. Abri pour la culture des plantes délicates ou des primeurs...
Synonymes :
- châssis

bâche
n. f.
d1./d Forte toile, souvent rendue imperméable et imputrescible, destinée à protéger des voitures, des chargements, des récoltes, etc.
d2./d HORTIC Châssis vitré utilisé pour protéger des plantes.
d3./d TECH Réservoir d'eau alimentant une chaudière.

I.
⇒BÂCHE1, subst. fém.
A.— Pièce de toile épaisse et imperméable qui sert à protéger objets et marchandises contre les intempéries :
1. Ces forbans-là, Tartarin les connaissait... C'étaient eux, c'est-à-dire ils, ces fameux ils qu'il avait si souvent cherchés la nuit dans les rues de Tarascon. Enfin, ils se décidaient donc à venir. ... D'abord la surprise le cloua sur place. Mais quand il vit les forbans se précipiter sur les bagages, arracher la bâche qui les recouvrait, commencer enfin le pillage du navire, alors le héros se réveilla, ...
A. DAUDET, Tartarin de Tarascon, 1872, p. 60.
2. ... les bâches du marché, déjà en place [1 heure du matin] sur leurs piquets (...) formaient un dais (...) pour le cheminement anonyme.
A. SIMONIN, Le Cave se rebiffe, 1954, p. 122.
P. métaph.
1. Fam., péj. Mauvais tableau (mauvaise toile), peinture de mauvais goût :
3. Cet Anatole Devosge il avait brossé une bâche inouïe; cela s'appelait « Hercule et Phillo ». La scène représentait une femme enchaînée, étreignant un gosse et s'efforçant de fuir les crocs d'un lion qu'un Hercule en colère étrangle.
HUYSMANS, L'Oblat, t. 1, 1903, p. 292.
2. Argot
a) ,,Drap [grossier] dans le jargon des troupiers, qui ne couchent pas précisément dans la batiste`` (L. RIGAUD, Dict. de l'arg. mod., 1881); se coller sous la bâche, ,,se coucher`` (L. RIGAUD, Dict. de l'arg. mod., 1881); se mettre dans la bâche.
b) P. méton. Casquette [de gros drap]; p. ext. ,,casque de tranchée`` (A. DAUZAT, L'Arg. de la guerre, 1918, p. 243).
B.— Emploi techn.
HORT. Abri vitré construit en bois ou en maçonnerie, et qui sert à préserver du froid, pendant l'hiver, les plantes délicates, ou à faire produire à certains végétaux des fruits avant la saison naturelle (d'apr. CHABAT 1881) :
4. Gaspard le [Jeuselou] prit par les épaules, serra un peu sans le lâcher tout de suite. Il s'assit à côté, sur le bord de la petite bâche où l'on fait les semis.
POURRAT, Gaspard des montagnes, La Tour du Levant, 1931, p. 199.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. 1364 lat. médiév. bacha « caleçon de toile pour religieux ou religieuses » (Compt. de l'abb. de Clairvaux, f° 6 r° [...] ds GDF. : Pro 50 ulnis telae pro bachis faciendis, emptis diversis pretiis); XVe s. bache [graphie pour bachae] (Gloss. lat.-fr. Richel. 1. 4120, ibid.); repris au XIXe s. (Lar. 19e); mentionné comme terme du Moyen Âge par LELOIR; 2. 1741 (SAVARY DES BRUSLONS, Dict. univ. de comm. : Bâche. Grande couverture faite de grosse toile, que les rouliers et voituriers mettent par dessus leurs charrettes, avec du fouin dessous, pour couvrir les marchandises dont elles sont chargées); d'où a) 1878 arg. « casquette » (L. RIGAUD, Dict. du jargon parisien, L'Arg. anc. et mod.); d'où 1918 « casque des tranchées », supra; b) 1881 id. « drap » (L. RIGAUD, Dict. de l'arg. mod.).
Peut-être forme abrégée de l'a. fr. baschoe, baschoue « vaisseau de bois ou d'osier, sorte de hotte » 1268-71 (E. BOILEAU, Métiers, 1re p., I, 55, Lespinasse et Bonnardot ds GDF.); lui-même du lat. bascauda d'orig. celt. « cuvette où on lave la vaisselle » (MARTIAL, 14, 99 ds TLL s.v., 1760, 4) contamination probable entre les représentants de bascauda et ceux de baccus, bacca, v. FEW t. 1 s.v. bacca, baccus, bascauda et baccia. Mais cette étymol. (FEW) fait difficulté par suite de l'accentuation de baschoe (EWFS2); on peut supposer à côté de baschoe une forme bachot (avec changement de suff.) attestée dialectalement mais non anciennement; de cette forme comprise comme suffixée, la forme simple bâche; reste la difficulté de l'absence de s dans les formes anc. D'où l'hyp. d'un rattachement au lat. tardif baccea, bachia (ISID., Orig., 20, 5, 4 ds TLL, s.v. bachia, 1668, 5) « vase (à vin) »; cf. prov. mod. bacha « auge de pressoir; auge pour les animaux », « mare, bourbier »; cf. aussi bachas, bachat, bachasse « auge » ds GDF.
STAT. — Fréq. abs. littér. :137.
BBG. — BARB.-CAD. 1963. — CHABAT 1881. — CHESN. 1857. — COLAS-CAB. 1968. — DUCH. 1967, § 64. — ESN. 1966. — FRANCE 1907. — LABORDE 1872 (s.v. cuirie). — LARCH. Suppl. 1880. — Lar. mén. 1926. — LE BRETON 1960. — LE CLÈRE 1960. — LELOIR 1961. — Mots rares 1965. — PRÉV. 1755. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 363. — SANDRY-CARR. 1963.
II.
⇒BÂCHE2, subst. fém.
A.— [Dans différents domaines techn.] Sorte de bac, de récipient, de caisse, etc.
1. HORT. ,,Cuvette à poste fixe, où passe l'eau d'arrosage`` (PLAIS.-CAILL. 1958).
2. MÉTALL., MINES Mesure de houille d'un hectolitre.
TECHNOL. Bâche d'alimentation. Réservoir contenant l'eau d'alimentation des chaudières. Bâche de condenseur. Réservoir dans lequel les pompes d'extraction refoulent l'eau chaude provenant de la condensation de la vapeur dans le condenseur.
B.— P. ext. ou anal.
1. PÊCHE. Bâche traînante. Filet en forme de poche ou hotte en osier qu'on traîne sur les fonds sablonneux pour prendre le poisson.
2. GÉOMORPHOL. Dépression, creux où il reste de l'eau à marée basse; en particulier, dépression parallèle au rivage, ou oblique, située entre deux crêtes généralement sableuses.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. 1572 « hotte en osier ou filet en forme de poche, pour prendre le poisson » (R. BELLEAU, Berg., IIe j., f° 115 r° ds GDF. Compl. : J'aurois tousjours chez moi mille ruses gentilles, Mille sortes d'appas, mille façons subtiles Pour faire des engins, des baches, du vervain); 2. 1610 « auge » (Privil. des .XXXII. mét. de la cité de Liège, II, 72, 55, ibid. : Sur chacune ayme de bache de pierre); d'où divers emplois techn. a) 1751 technol. (Encyclop. t. 2 : Bâche. C'est un coffre ou une cuvette de bois qui reçoit l'eau d'une pompe aspirante à une certaine hauteur, où elle est reprise par d'autres corps de pompe foulante qui l'élèvent davantage); b) 1835 hortic. (Ac.); 1958 id. (PLAIS.-CAILL.); c) 1863 métall. (LITTRÉ : Bâche [1] Auge dans laquelle on refroidit les scories; [2] Petite caisse qui sert à mesurer le minerai; [3] caisse employée pour jeter le minerai dans le haut fourneau); 3. 1838 « partie de la grève où il reste de l'eau à marée basse » (Ac. Compl. 1842).
V. bâche1; pour le sens 1, EWFS2 propose comme étymon le gaul. baskyo- « charge », apparenté au lat. fascis « faisceau », mais le rapp. de sens n'apparaît pas clairement.
BBG. — BARB.-CAD. 1963. — BAUDR. Pêches 1827. — BAULIG 1956. — CHABAT 1881. — CHESN. 1857. — COLAS-CAB. 1968. — DUVAL 1959. — GRUSS 1952. — JOSSIER 1881. — LE CLÈRE 1960. — Mots rares 1965. — PLAIS.-CAILL. 1958. — POIGNON 1967. — SOÉ-DUP. 1906. — WILL. 1831.
III.
⇒BÂCHE3, subst. fém.
MINES. Longue planche utilisée pour revêtir les parois d'un puits.
Rem. Certains dict. mentionnent en outre deux homon. de bâche d'orig. obscure, l'un désignant en genevois « une sorte de foin de marais employé comme litière », l'autre, attesté dep. VIDOCQ (Le Vocab., 1837 ds SAIN. Sources Arg. t. 2, 1912, p. 113) comme terme d'arg. au sens de « enjeu d'un pari ». Un bache « palmier de Guyane » est attesté dep. 1790.
PRONONC. ET ORTH. :[]. Enq. :/, D/. L'apparition de l'accent circonflexe est tardive. Le mot est écrit sans accent ds Trév. 1752 et Trév. 1771. L'accent apparaît ds Ac. 1835 (cf. aussi pour le verbe bâcher).
ÉTYMOL. ET HIST. — 1406, 27 nov., wallon « planche, pièce de bois » (Record des Voirs jures du Cordeau, Bormans, Gloss. des tanneurs Liègeois, Doc. inéd., IV bis ds GDF. Compl. : Et desseure ycelle dite greilhe qui est clavee sour une baiche, laqueil baiche est clauee alle halle), attest. isolée; repris au XIXe s. 1863 mines (LITTRÉ : Bâche [a] Planche sciée en longueur pour revêtir les parois des bures; Espèce de plancher que l'on établit pour faciliter le roulage).
Terme wallon (cf. HAUST, p. 68 : Batche « planche servant à cloisonner », correspondant au m. fr. bauche 1332 « tavaillon, planche servant à couvrir le toit d'une maison » (Compte d'Odart de Laigny, Arch. K.K. 3a, f° 135 r° ds GDF.)); lui-même dér. de l'a. fr. bauch « poutre, tronc d'arbre abattu » 1er tiers XIIIe s. (Conq. de Jérus., 3225, Hippeau, ibid.) empr. à l'afrq. balko « poutre » (a. h. all. balko, balcho, m. h. all. balke, all. Balken). Cf. aussi DU CANGE bauca3 ,,tegula lignea`` « tuile en bois servant à couvrir des murs d'écurie ». La chute de l > u devant consonne (et notamment derrière a) est courante dans le nord-est du domaine gallo-roman (cf. le nom propre Willame, fr. Guillaume, amones « aumônes », atre « autre », etc.).
[b]BBG. — Encyclop. méthod. Méd. t. 3 1790. — LARCH. 1880. — LA RUE 1954. — MICHEL 1856.

bâche [bɑʃ] n. f.
ÉTYM. XVe, désignant un vêtement (→ II.); 1572, « filet, hotte en osier » (sens I); anc. franç. baschoe, baschole « baquet »; du lat. d'orig. gaul. bascauda plus ou moins contaminé par la forme bache, de la famille de 1. bac, lat. pop. baccus.
———
I
1 Techn. Réservoir destiné à contenir l'eau d'alimentation d'une machine à vapeur, d'une chaudière, ou l'eau refoulée par une pompe. || Bâche alimentaire d'une chaudière à vapeur.
2 Hortic. Coffre recouvert d'un châssis et servant de petite serre pour la culture forcée.
3 Carter d'une turbine hydraulique.
———
II
1 (1741; évolution de sens obscure; p.-ê. par métonymie de ce qui est protégé à ce qui protège). Cour. Pièce de forte toile imperméabilisée qui sert à préserver les marchandises des intempéries. Banne, couverture, prélart. || Recouvrir un wagon, une péniche, un étalage d'une bâche. Bâcher.
1 (…) la route était couverte de camions aux bâches jaunes de poussière.
Malraux, l'Espoir, I, III, 2.
2 Le 5 mars, on est de nouveau en panne. Tout le monde est sur le pont. Il fait un bon soleil. La voie d'eau est enfin aveuglée. L'équipage est content, il prépare des bâches pour recueillir la pluie qu'on attend pour le soir. On est sans eau potable à bord, impossible de tremper la tambouille.
B. Cendrars, l'Or, in Œ. compl., t. II, p. 64.
2 (1881). Pop. Drap de lit. Se mettre dans les bâches.
3 (1878). Fam. Casquette. Gâpette. || Une belle bâche toute neuve.
3 (Il) inclinait cette couronne sur l'oreille de la boniche où elle resta jusqu'au soir, selon l'inclinaison audacieuse que donnaient parfois les miliciens et les matelots à leurs bérets, les poisses à leur bâche et les Frisés au calot noir.
Jean Genet, Pompes funèbres, in Œ. compl., t. III, p. 107.
DÉR. Bâcher. — V. Bâchi, bachotte.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bâche — bâche …   Dictionnaire des rimes

  • Bache — can refer to:Places*Bache, Cheshire *Bache Peninsula, on Ellesmere Island, CanadaPeople* Richard Bache (1737–1811), an American Postmaster General * Sarah Franklin Bache (1743–1808), his wife and Benjamin Franklin s daughter ** Benjamin Franklin… …   Wikipedia

  • Bache & Co. — Bache Company, also known as Bache Co., was originally founded in 1879 in New York City as a stock brokerage and investment bank under the name Leopold Cahn Co. Bache in its original form traces its roots to the year 1892 when Jules S. Bache, an… …   Wikipedia

  • Bache — bezeichnet ein weibliches Wildschwein Bache ist der Familienname folgender Personen: Alexander Dallas Bache (1806–1867), US amerikanischer Physiker Christian Georg Bache (* 1987), norwegischer Biathlet Fritz Bache (1898–1959), deutscher… …   Deutsch Wikipedia

  • BACHE — BACHE, U.S. family of investment bankers and art collectors. BACHE, JULES SEMON (1862–1944) was born in New York. After some years with his father s trading firm he became a cashier   in 1880 for Leopold Cahn and Co., investment bankers. Twelve… …   Encyclopedia of Judaism

  • bache — sustantivo masculino 1. Hoyo o desigualdad en una carretera o en un camino: Las lluvias torrenciales produjeron grandes baches. 2. Interrupción pasajera de alguna actividad: En verano siempre hay un bache en las ventas. 3. Desigualdad de densidad …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • Bache — Bâche Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Bâche peut faire référence à : une grande toile imperméable et opaque, généralement en matière plastique, une serpillière, en champenois, une… …   Wikipédia en Français

  • bâché — bâché, ée (bâ ché, chée) part. passé. Recouvert d une bâche. Une diligence bien bâchée …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Bache — Porté notamment dans la Vienne, c est un toponyme avec le sens de terrain enfoncé, bas fond (également auge, abreuvoir). Le nom Baché, porté en Gironde, pourrait avoir le même sens (mais le métier de vacher est également envisageable) …   Noms de famille

  • Bache — »weibliches Wildschwein«: Frühnhd., mhd. bache »Schinken«, die ältere Form von 2↑ Backe, wurde im 16. Jh. zur Bezeichnung des ‹gemästeten› Hausschweins und blieb in der Jägersprache als Bezeichnung für das weibliche Wildschwein vom 3. Lebensjahr… …   Das Herkunftswörterbuch


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.